Jean-Pierre BERTRAND

Invité


 

Photographe amateur de 49 ans, j’aime particulièrement la macrophotographie. Mais le ciel nocturne me fascine aussi…Deux échelles du monde opposées, mais qui portent à la rêverie dans les deux cas. Est-ce ce qui m’attire ?
Et puis ce sont deux thèmes de photographie nature qui peuvent se pratiquer sans avoir besoin de faire de longs voyages.
La macrophotographie permet en particulier de découvrir tout un univers invisible au promeneur distrait. Micropaysage se dévoilant, petites bêtes devenant monstrueuses via le truchement de l’objectif macro…
J’ai fait mienne cette phrase de Jean-Henri Fabre, ce précurseur de l’étude des insectes :


« Nous allons chercher bien loin spectacle nouveau pour nos méditations, nous l’avons sous les yeux inépuisable »

J’ai été publié plusieurs fois dans des magazines (Nat’images n°5 et 44 , Chasseur d’images n°356 et Macrophotographie n°2).
J’ai aussi réalisé deux courts métrages qui ont reçu un bon accueil dans des festivals.

 

En particulier le film « La litière forestière…Un univers inconnu » qui a reçu plusieurs prix.

 



Collemboles, un autre monde



Les collemboles, ces petits animaux millimétriques, sont de passionnants sujets photographiques.

 

Pas besoin de parcourir le monde pour les découvrir…Il suffit de s’allonger dans le moindre espace de nature pour les découvrir…De mon coté, c’est en forêt, en automne/hiver que je les photographie.

En plus , j’ai la chance d’habiter près de grandes forêts domaniales, dans l’Oise : forêt d’Halatte et forêt de Compiègne entre autre.


Pour les mettre en valeur, je privilégie une

approche variée : gros plans, bien que ceux-ci ne soient pas très à la mode ces dernières années, ou photos d’ambiance.